Contenu

Constructions nouvelles et extensions-surélévations : RT 2012

 

La réglementation thermique applicable aux constructions neuves fixe trois exigences de conception.
Lire la suite…

 

La réglementation thermique applicable aux constructions neuves fixe trois exigences de conception.

  • Exigence d’efficacité énergétique du bâti avec une approche bioclimatique limitant le besoin en énergie, grâce notamment à une bonne exposition. Le calcul d’une valeur « Bbio » représentant le « besoin bioclimatique », permet d’évaluer la capacité du bâti, conçu globalement dans son environnement, à limiter naturellement ses besoins en énergie. La valeur du « Bbio » calculée doit être inférieure à un maximum réglementaire « Bbiomax » déterminé en fonction de la région et de divers critères.
  • Exigence de consommation maximale d’énergie, avec le calcul d’une valeur « Cmax » de consommation maximale d’énergie primaire (*), qu’on ne doit pas dépasser en cumulant tous les besoins : chauffage, eau chaude sanitaire, refroidissement, éclairage et ventilation. Sa valeur moyenne est de 50 kWh/m²/an.
    Le calcul est modulé en fonction du type de bâtiment, de la géographie, de l’altitude, de la surface (un bâtiment important est plus facilement performant), des émissions de gaz à effet de serre -GES- de l’énergie utilisée (exigence en rapport avec le contenu carbone). Concrètement, la consommation d’énergie admise est plus faible pour une construction massive dans une zone de climat favorable que pour une maison individuelle en montagne. Le bâtiment fait l’objet d’un calcul thermique exhaustif à partir de toutes les caractéristiques dimensionnelles du projet et en tenant compte des performances intrinsèques des composants de la construction et des équipements.
  • Exigence de confort d’été : on vise à limiter la température intérieure par forte chaleur, qui fait l’objet d’un calcul particulier.

La RT 2012 fixe par ailleurs des garde-fous sur la conception thermique avec une obligation de moyens : énergie renouvelable (maison individuelle), imperméabilité à l’air de l’enveloppe (qui fait l’objet d’une démarche de qualité spécifique et/ou d’un essai en fin de travaux), isolation (dont les ponts thermiques), éclairage naturel, confort d’été.

L’étude permettant de justifier par calcul chacune des trois exigences fait appel à des méthodes complexes et à des outils spécialisés. Elle doit être menée par un professionnel qualifié en thermique du bâtiment.

(*) la notion d’énergie primaire est utilisée à propos de la consommation d’énergie d’un bâtiment :

  • énergie finale : énergie disponible pour l’utilisateur final ;
  • énergie primaire = énergie finale + consommation nécessaire à la production de cette énergie. 0n multiplie par 2,58 la consommation d’électricité pour avoir son équivalent en énergie primaire. Pour les autres énergies, le coefficient de construction est de 1 (énergie primaire = énergie finale).