Contenu

COVID-19 : Informations, recommandations & mesures sanitaires

 

Depuis janvier 2020, une épidémie de Coronavirus COVID-19 (ex 2019-nCoV) s’est propagée depuis la Chine. Retrouvez toutes les réponses officielles aux questions que vous vous posez sur ce qu’est le Coronavirus COVID-19 et les recommandations pour votre santé et vos voyages sur la plateforme

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Un numéro vert répond en permanence à vos questions, 24h/24 et 7j/7 :

0 800 130 000*
 


Comprendre la crise et ses stades

1/ Stade 1 : Il s’agissait d’empêcher le virus de pénétrer sur le territoire national. Des mesures très strictes ont été prises pour contrôler les retours des zones infectées et réagir sur les premiers cas.

2/ Notre pays a franchi le stade 2 du plan de prévention et de gestion défini par les autorités. Le virus commence à circuler dans certaines parties du territoire national.


La France en stade 2 et les mesures appliqués

Dans ce stade 2, l’objectif est de limiter la diffusion du virus et d’empêcher ou, tout du moins, de retarder le passage au stade 3, où le virus circulera largement dans la population.

Le virus ne vient plus seulement de Chine et d’Italie, c’est pourquoi il n’y a plus vraiment de raison de confiner des personnes revenant de ces zones.

Il est cependant toujours vivement conseillé d’éviter les voyages lorsqu’ils ne sont pas nécessaires.

Il est possible de lever les contraintes qui ne se justifient plus, en particulier, les élèves en retour de Lombardie et de Vénétie peuvent retourner à l’école.

En revanche, des mesures plus contraignantes sont prises pour les clusters (les rassemblements collectifs sont interdits jusqu’à nouvel ordre dans les zones identifiées ; les établissements scolaires des communes les plus touchées sont fermés pour 15 jours ; il est recommandé aux habitants de limiter leurs déplacements ; de recourir au télétravail…).

Sur le reste du territoire national, tous les rassemblements de plus de 1 000 personnes seront annulés, reportés ou restreints dans la limite du seuil fixé. Les autres rassemblements pourront également faire l’objet de mesures similaires en fonction du contexte local et notamment de la participation possible de personnes issues des zones à risques.

Ces mesures sont provisoires et sont appelées à évoluer.


Les précautions quotidiennes à appliquer

D’abord, il faut rappeler les mesures de prévention qui sont efficaces au quotidien, et qui sont des gestes qui relèvent du civisme de chacun :

  • Se laver les mains très régulièrement. La voie principale de transmission, ce sont les mains. Il faut donc se laver les mains régulièrement.
  • Tousser ou éternuer dans son coude
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Rester chez soi lorsqu’on est malade.
  • Éviter les poignées de main.

Pour rappel, la doctrine actuelle d’utilisation des masques en phase 2 est la suivante :

  • Le port des masques filtrants FFP2 est réservé aux seuls personnels hospitaliers en contact étroit et prolongé avec des cas confirmés (soins intensifs) ;
  • Le port des masques chirurgicaux (anti-projections) est réservé aux personnes malades, aux personnes contact des personnes à risque modéré/élevé, aux professionnels de santé recevant des personnes malades, aux personnes chargées du secours à victimes et des transports sanitaires en cas de suspicion de contact avec une personne malade
  • Le reste de la population ne doit pas porter de masque. Se précipiter sur les pharmacies pour demander un masque peut créer une pénurie.

Si vous présentez des signes d’infections respiratoires (fièvre ou sensation de fièvre, toux, difficultés respiratoires) dans les 14 jours suivant votre d’une zone à risque il faut contacter le 15 et ne pas se déplacer directement chez son médecin ou aux urgences au risque de contaminer d’autres personnes.


Les règles spécifiques (salariés, voyageurs, scolaires…)

Voyageurs :

Rappel : dans cette phase où il est important de tenter de contenir la diffusion du virus, il est fortement recommandé de suivre les conseils aux voyageurs du ministère de l’Europe et des affaires étrangères, en évitant quand cela est possible les zones hors de l’UE et les zones clusters à l’intérieur de l’UE :
https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/

Scolaires :

Le ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse dispose d’un site dédié et régulièrement mis à jours concernant les mesures prises et les différents questionnements qui peuvent en découler.

https://www.education.gouv.fr/coronavirus-covid-19-informations-et-recommandations-pour-les-etablissements-scolaires

Salariés et employeurs :

Le salarié placé en isolement sur recommandation de l’ARS bénéficie d’un arrêt de travail en application du décret n° 2020-73 du 31 janvier 2020. Les droits à indemnisation du salarié sont identiques à ceux prévus en cas d’arrêt de travail pour maladie dès le premier jour d’arrêt (sans application du délai de carence).

Le salarié qui ne peut se rendre sur son lieu de travail en raison de la mise à l’isolement de son enfant et de la nécessité d’en assurer la garde doit pouvoir être mis en situation de télétravail lorsque cela est possible. Si tel n’est pas le cas, celui-ci peut également bénéficier d’un arrêt de travail à titre dérogatoire. Dans cette situation, c’est l’employeur qui doit solliciter cet arrêt auprès de l’assurance maladie via le site dédié
https://www.ameli.fr/hautes-alpes/entreprise/actualites/coronavirus-acces-au-teleservice-pour-declarer-les-salaries-contraints-de-garder-leur-enfant

Le site dédié du ministère du travail a également mis en place une information spécifique à l’attention des employeurs et des salariés régulièrement mise à jour sous forme de question réponse.
https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/l-actualite-du-ministere/coronavirus-questions-reponses-entreprises-salaries

Enfin le ministère de l’économie, des finances, de l’action et des comptes publics a édicté un certain nombre de mesures de soutien aux entreprises consultables au moyen du lien ci-dessous
https://www.economie.gouv.fr/coronavirus-soutien-entreprises


*Attention, la plateforme téléphonique (0 800 130 000) n’est pas habilitée à dispenser des conseils médicaux.