Actualités Préfecture

Contenu

Exercice de sécurité civile NOVI (NOmbreuses VIctimes) à Gap

 

La préfecture des Hautes-Alpes a organisé, en liaison avec la Ville de Gap, un exercice de sécurité civile de type NOVI (nombreuses victimes) lundi 15 juin au Quattro à Gap.

"Lors d’un concert au Quattro, où plus de 1000 spectateurs sont rassemblés, un mouvement de foule dégénère en mouvement de panique ; on déplore une centaine d’impliqués" : tel était le scénario de cet exercice.

De nombreux services sont intervenus et ont coordonné leur action au cours de cet exercice :

  • la préfecture : Service Interministériel de Défense et de Protection Civile, Service Départemental de la Communication Interministérielle, Cabinet (Cellule d’Information du Public) ;
  • le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) ;
  • le Service d’Aide Médical d’Urgence (SAMU) ;
  • la Délégation territoriale de l’Agence Régionale de Santé (ARS) ;
  • la Croix Rouge Française ;
  • la Direction Départementale de la Sécurité Publique ;
  • la Gendarmerie ;
  • la Ville de Gap et le personnel du Quattro ;
  • la Direction Départementale des Territoires ;
  • la Délégation Militaire Départementale (DMD).

L’objectif de cet exercice était d’avaluer le dispositif général de gestion de crise, et en particulier les dispositions ORSEC et NOVI. Il a notamment consisté à tester :

  • le rôle de chaque acteur sur un événement de grande ampleur et notamment la coordination SDIS/SAMU/ARS
  • le centre opérationnel départemental (COD), la cellule d’information du public (CIP) et le service départemental de la communication interministérielle (SDCI) en préfecture ;
  • la chaîne d’alerte (protocole d’alerte Ville de Gap/SDIS) ;
  • la coordination des forces de l’ordre et des services de secours (gestion de l’ordre public, de la circulation et des opérations de secours).

L’utilisation de l’outil de simulation « SIMCATA » du SDIS pour la première fois dans le département donnait un intérêt supplémentaire à cet exercice. En effet, cet outil permet de matérialiser à l’aide de magnets les moyens humains (acteurs mobilisés, victimes) et techniques (véhicules, matériels), sans avoir à les mobiliser sur site.