Actualités des services de l’État

Depuis janvier 2020, une épidémie de Coronavirus COVID-19 s’est propagée depuis la Chine.
Retrouvez l’ensemble des informations actualisées sur la rubrique dédiée en cliquant ici.

Contenu

Fête de l’Aïd Al Adha (ou Aïd el Kebir)

 

Ce dimanche 11 août 2019, la communauté musulmane célébrera la fête religieuse de l’Aïd al Adha (ou Aïd el Kebir). À cette occasion, les familles musulmanes ont l’habitude de faire sacrifier un mouton suivant le rite hallal.

Afin de permettre le bon déroulement de cette pratique traditionnelle, les abattoirs de Gap et de Guillestre, disposant d’un agrément sanitaire, seront ouverts ce jour-là et les familles musulmanes pourront y faire sacrifier leur agneau après la prière. Un sacrificateur agréé par les instances religieuses musulmanes sera présent sur chaque site et les animaux seront préparés dans le respect des règles d’hygiène et de protection animale.

Il est conseillé de s’adresser à la direction des abattoirs (Gap : 04.92.53.61.51, Guillestre : 06.83.01.20.51) pour plus de détails concernant l’organisation de l’abattage au cours de cette journée.

Dans chaque abattoir, les services de l’État (service d’inspection vétérinaire) assurent un contrôle permanent afin de s’assurer du respect des conditions d’abattage des animaux, et de la salubrité de chaque carcasse destinée à la consommation humaine.

Comme chaque année, un arrêté préfectoral (format pdf - 348 ko - 08/08/2019) précise que sont interdits :
- la détention de moutons par des personnes qui ne sont pas déclarées comme éleveurs ;
- le transport de moutons par des particuliers ;
- l’abattage rituel en dehors des abattoirs agréés.

Des contrôles du respect de cet arrêté seront réalisés. En 2018, au titre des précédents contrôles, deux particuliers ont ainsi été condamnés à 600 euros d’amende et deux éleveurs respectivement à 1000 euros et 3000 euros d’amende.

Les bêtes abattues dans le cadre réglementaire, dans des abattoirs agréés, font l’objet d’un examen vétérinaire systématique alors que celles abattues clandestinement échappent aux contrôles et peuvent, si elles sont porteuses d’une maladie, impacter la santé des consommateurs.


Consultez le communiqué de presse (format pdf - 106.6 ko - 08/08/2019) .