Contenu

Grand froid : les réflexes à adopter

 

Un épisode de temps froid est caractérisé par sa persistance, son intensité et son étendue géographique.

L’épisode dure au moins trois jours. Les températures atteignent des valeurs nettement inférieures aux normales saisonnières de la région concernée. Le grand froid, comme la canicule, constitue un danger pour la santé de tous.

Les climatologues identifient des périodes de froid en tenant compte des critères suivants :

  • L’écart aux températures moyennes régionales
  • Les records précédemment enregistrés, l’étendue géographique
  • La persistance d’un épisode de froid
  • La présence de vent amplifiant les températures ressenties

Quels sont les risques liés au grand froid ?

Le grand froid diminue les capacités de résistance de l’organisme. Comme la canicule, le grand froid peut tuer indirectement en aggravant des pathologies déjà présentes. Les personnes en bonne santé peuvent aussi éprouver les conséquences du froid, notamment celles qui exercent un métier en extérieur (agents de la circulation, travaux du bâtiment, conducteurs de bus, chauffeurs de taxi…).

Les périodes de grand froid et de très grand froid sont souvent à l’origine d’autres phénomènes météorologiques aux effets dangereux. La neige et le verglas se forment par temps froid et peuvent affecter gravement la vie quotidienne en interrompant la circulation routière, ferroviaire, fluviale ou encore aérienne.

Quelles sont les personnes à risque ?

  • Les personnes âgées : la diminution de la perception du froid, de la performance de la réponse vasculaire, l’altération des vaisseaux, la diminution de la masse musculaire rendent les personnes âgées vulnérables au froid. Plus encore, les personnes âgées ayant des troubles cardiaques, une insuffisance respiratoire, une difficulté à faire face aux activités de la vie quotidienne ou souffrant de maladie d’Alzheimer ou apparentées sont à risque.
  • Les nouveau-nés et les nourrissons : leur capacité d’adaptation aux changements de températures n’est pas encore aussi performante que celle d’un enfant ou d’un adulte pour lutter contre le froid. De plus, les petits n’ont pas une activité physique spontanée suffisante pour se réchauffer et ne peuvent pas signaler qu’ils ont froid.
  • Les personnes à mobilité réduite, les personnes en situation de grande précarité, les personnes non conscientes du danger.
  • Les personnes souffrant de certaines maladies chroniques telles que : insuffisance cardiaque, angine de poitrine, insuffisance respiratoire, asthme, diabète, troubles neurologiques, etc.
  • Les sportifs.

Prévenir les risques

  • Préparez l’équipement nécessaire (médicaments, papiers d’identité, lampe de poche etc.), détaillé dans le Guide de préparation aux situations d’urgence.
  • Afin de prévenir les intoxications au monoxyde de carbone, vérifiez le bon état de marche de son installation de chauffage, ne bouchez pas les aérations et en cas d’utilisation de groupes électrogènes, veillez à respecter les consignes d’utilisation et à les placer à l’extérieur du bâtiment. Il est recommandé de ne pas utiliser de chauffage d’appoint en continu.
  • Faites-vous connaître auprès des services municipaux qui ont des équipes d’aide et de secours prêtes à vous venir en aide.
  • Prévoyez de l’eau et des produits alimentaires ne nécessitant pas de cuisson (risque de gel des canalisations ou de coupure d’électricité).

Agir en cas de grand froid

En période de froid extrême, restez chez vous autant que possible et redoublez de prudence si vous devez absolument sortir :

  • Évitez de vous déplacer, à pieds ou en voiture, particulièrement les enfants et les adultes de plus de 65 ans.
  • Même en bonne santé, limitez les efforts physiques et les activités à l’extérieur. Le froid demande des efforts supplémentaires au corps, notamment au cœur.
  • Nourrissez-vous convenablement ; ne consommez pas d’alcool : l’ébriété fait disparaitre les signaux d’alerte liés au froid.
  • Maintenez la température ambiante de votre domicile à un niveau convenable d’environ 19 degrés.

Si vous devez impérativement sortir

  • Adaptez votre habillement : couvrez les parties du corps les plus sensibles au froid : les pieds, les mains, le cou et la tête. De bonnes chaussures permettent d’éviter les chutes.
  • Évitez de sortir le soir, il fait plus froid.
  • Si vous devez utiliser votre voiture : prenez une couverture, un téléphone et des médicaments au cas où votre véhicule serait bloqué par la neige.
  • Si vous remarquez une personne sans abris ou en difficulté dans la rue, appelez le 115.

Si vous êtes obligés de sortir avec un nourrisson ou un enfant

  • Habillez-le chaudement et couvrez-le le plus possible.
  • Transportez de préférence votre enfant dans les bras, dans un landau ou une poussette afin qu’il puisse bouger régulièrement.

En cas d’hypothermie ou de gelures

Il est important de reconnaître chez une personne exposée au grand froid les signes annonciateurs de l’hypothermie (température inférieure à 35°C, somnolence, fatigue, baisse de la force musculaire, frissons et grelottements, pertes d’équilibre, maladresse…) ou de gelures (décoloration de la peau, apparition de taches blanchâtres, sensation de douleur ou de brûlure puis d’engourdissement…). Il peut exister un risque important voire mortel pour sa santé.

  • Prendre, si c’est possible, sa température.
  • Prévenir rapidement un médecin ou appeler le centre 15 (SAMU).

Consultez la fiche « Très grand froid : comprendre et agir » (format pdf - 368.2 ko - 11/01/2017) l’INPES.