Actualités Préfecture

Contenu

L’engagement de l’État pour des routes viables en hiver

 

Le dispositif de viabilité hivernale a été lancé ce vendredi 23 novembre 2018, en présence d’Emmanuel EFFANTIN, directeur des services du Cabinet de la préfète des Hautes-Alpes (photo), de Guillaume MONIS, Chef du District des Alpes du Sud de la Direction interdépartementale des routes Méditerranée (DIRMED), de Marcel CANNAT, Vice-président du Département des Hautes-Alpes et de Maxime THERO, Chef du District Val de Durance d’ESCOTA.

 

Avec la neige, les congères, le verglas et les flux routiers importants en période de sports d’hiver, il est nécessaire de pouvoir assurer aux usagers de la route les meilleures conditions de sécurité. Quand les prévisions de Météo France le nécessitent, la préfète des Hautes-Alpes, Cécile BIGOT-DEKEYZER, se tient informée régulièrement de l’évolution de la situation et coordonne les échanges avec les gestionnaires de réseaux routiers.

En 2016, un protocole d’accord a justement été signé entre les services de l’État et l’ensemble des acteurs concourant à la gestion et à la sécurité des routes : DIRMED, Département, ESCOTA, villes de Gap et de Briançon, Gendarmerie, Police, Pompiers et Direction Départementale des Territoires. Ce dispositif permet un échange d’informations plus rapide, permettant une meilleure anticipation et des décisions plus efficaces.

Dans ce cadre, des audioconférences sont menées entre tous les acteurs et si nécessaire la préfète Cécile BIGOT-DEKEYZER peut également activer le Centre Opérationnel Départemental (COD), afin de réunir ces acteurs au sein de la préfecture pour une gestion plus efficace et coordonnée de la crise.

Un Plan Neige Départemental

Si les conditions météorologiques sont particulièrement mauvaises et que la situation sur les routes des Hautes-Alpes risque de s’aggraver rapidement, la préfète des Hautes-Alpes dispose d’un Plan Neige Départemental.

Il prévoit les missions et la coordination des divers services publics et organismes concernés.

Ainsi, la gendarmerie peut assurer un stockage des poids-lourds, les automobilistes peuvent être mis à l’abri dans des centres d’hébergements ouverts par les collectivités, des mesures spécifiques peuvent aussi être prises pour faciliter les opérations de déneigement et mettre en sécurité la population.

La responsabilité de l’usager

Bien évidemment, bien que l’ensemble des services de l’État et des gestionnaires de routes soient fortement mobilisés durant la période hivernale, l’usager a aussi un rôle important à jouer pour assurer sa sécurité et celles des autres automobilistes.

- Les équipements spéciaux :
En cas de neige, les équipements spéciaux sont obligatoires. Les pneus neige peuvent suffire, mais il est fortement conseillé d’avoir également une paire de chaînes ou de chaussettes. Elles sont obligatoires sur neige si vous n’êtes pas équipés de pneus neige. Il faut s’entraîner à les monter, pour ne pas se mettre en danger quand il sera nécessaire de les utiliser. Par ailleurs, en cas de neige, les équipements spéciaux sont à installer sur des aires de chaînage clairement identifiées. En aucun cas, il ne faut s’arrêter sur les voies de circulation, pour ne pas gêner la circulation des autres véhicules et risquer de causer un accident.

- Une conduite adaptée :
Bien souvent, l’absence ou le manque d’équipements spéciaux sont responsables des accidents et les véhicules bloqués par la neige. Mais, une autre raison est généralement la conduite non adaptée. Sur neige, il faut réduire sa vitesse, augmenter ses distances de sécurité, privilégier le frein moteur et en cas de freinage faire preuve de souplesse. Toutes les manœuvres brusques au volant sont déconseillées.

Où connaître l’état des routes ?

La Direction Interdépartementale des Routes Méditerranées (DIRMED) assure la gestion de 300 km de routes nationales (RN 85 et RN 94), des axes stratégiques qui doivent être praticables entre 06h00 et 21h30. Pour ce faire, six centres d’entretien, 24 engins et plus de 60 agents sont mobilisés durant la période hivernale.

Le Conseil Départemental des Hautes-Alpes a à gérer près de 2 000 km de routes classifiées en fonction de leur importance : grands axes économiques, réseau touristique, réseau périurbain, réseau rural et routes secondaires fermées en hiver. En fonction, le travail des 265 agents est hiérarchisé pour rendre praticable plus rapidement les routes à flux importants.

ESCOTA, filiale de Vinci Autoroute, gère l’A51 depuis La Saulce. Une vingtaine d’engins et plus de 40 salariés assurent le traitement préventif et curatif des voies de circulation. Plusieurs zones de stockages de poids-lourds sont également mises en place.

Vous trouverez également de l’information actualisée en temps réel sur le Facebook et le Twitter de la préfecture des Hautes-Alpes.