Contenu

⚠️ 90504401. <span class=""invisible"">L’enneigement artificiel</span>

 
 
Retenue de Combe Javel à Abriès

Contexte général de l’enneigement artificielSommaire

D’une politique visant initialement à compenser les manques ponctuels (notamment en bas de stations ou en fin de saison), les stations « cultivent » désormais la neige par la biais d’équipements généralisés sur l’ensemble de la station (à noter à ce titre le changement de vocabulaire, de « neige artificielle » à « neige de culture »). ce changement de stratégie fait suite notamment à la succession d’années à faible enneigement et à la volonté de limiter l’incertitude sur les niveaux d’enneigement.
 

Le département se caractérise par une concentration de stations dans le bassin versant de la Haute Durance et dans une moindre mesure du Drac. Plus de 88% des stations du département sont aujourd’hui équipées en infrastructures de production de neige artificielle.
 

L’eau utilisée pour l’enneigement artificiel provient de ressources diverses :

  • de lacs naturels
  • de réserves artificielles alimentées par :
    • des cours d’eau,
    • des forages,
    • des trop plein d’eau potable,
    • la récupération d’eaux de ruissellement,
  • de prélèvements directs dans les cours d’eau.

Contexte réglementaireSommaire

Les équipements d’enneigement artificiel sont concernés par les procédures d’autorisation ou de déclaration loi sur l’eau loi sur l’eau au titre de plusieurs rubriques de la nomenclature figurant en annexe de l’article R.214.1 du code de l’environnement :
 

Retenue du Rocher Noir à Puy St Vincent

La création d’une retenue d’altitude implique ainsi :

- la création de plan d’eau : rubrique 3.2.3.0
- le cas échéant la création d’un barrage : rubrique 3.2.5.0
- des opérations de vidange : rubrique 3.2.4.0
- le cas échéant la modification du profil du lit du cours d’eau : rubrique 3.1.2.0

Les prélèvements d’eau sont quant à eux soumis aux rubriques 1.1.1.0, 1.1.2.0 et 1.2.1.0
 
 

Conflits d’usageSommaire

Les prélèvements destinés à l’enneigement artificiel interviennent le plus souvent en période d’étiage hivernal, concomitante au pic de fréquentation touristique et de rejet des eaux usées, ainsi qu’aux besoins en eau potable. L’étiage est la période la plus sensible pour les milieux aquatiques et parallèlement celle où les capacité de dilution des milieux sont les plus bas.
Ce contexte est propice au développement de conflits d’usages locaux liés aux :

  • risques de dégradation de la qualité de l’eau (moindre capacité de dilution des cours d’eau)
     
  • risques de dégradation des milieux aquatiques (diminution du débit, de la lame d’eau, de la température…),
     
  • concurrences des usages sur une même ressource.

 
 

Localisation des retenues d’altitude existantesSommaire