Actualités des services de l’État

Contenu

L’État accompagne le déploiement des Maisons de Santé

 

Ce vendredi 7 décembre 2018, la préfète des Hautes-Alpes, Cécile BIGOT-DEKEYZER a inauguré l’antenne de Pelvoux-Vallouise de la Maison de Santé Pluridisciplinaire du Pays des Écrins.

 

L’enjeu de l’égal accès aux services publics, notamment en ce qui concerne la santé, est une priorité de l’État et c’est qu’a rappelé la Ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès BUZYN, en septembre 2018 lors de la présentation du Plan Santé 2022. C’est un enjeu d’autant plus important dans le département des Hautes-Alpes, un territoire à la fois rural et de montagne.

En effet, tous les Français ne bénéficient pas du même niveau de couverture de leurs besoins. La répartition inégale des professionnels de santé sur le département explique en partie cette disparité. Une offre de soins de fait insuffisante pour répondre à la demande, avec des conséquences directes pour les usagers : prise en charge complexe, difficultés pour obtenir un rendez-vous, charge excessive de travail pour les professionnels, délai d’attente par le patient, etc.

« Pour y remédier, il est nécessaire de mettre en place au niveau local un ensemble d’outils innovants, souples et adaptables, sans rien céder à l’exigence de qualité des soins », estime la préfète des Hautes-Alpes Cécile BIGOT-DEKEYZER.

Ce vendredi 7 décembre, c’est l’antenne de Vallouise-Pelvoux de la Maison de Santé Pluridisciplinaire du Pays des Écrins qui a été inaugurée, complétant ainsi l’offre avec celle de l’Argentière-la-Bessée inaugurée en 2012.

Faire face à la saisonnalité

Cette Maison de Santé Pluridisciplinaire est l’illustration d’une organisation qui répond aux spécificités de notre territoire de montagne et à ses besoins spécifiques liés au tourisme. On constate en effet sur le Pays des Écrins une importante augmentation de la population et de la demande médicale en été et en hiver : la population, 7 000 habitants à l’année, doublent en saison. La montagne est certes un formidable terrain de jeux offrant une multitude d’activités de loisirs, mais aussi un terrain à risques : ski, escalade, randonnée.

Ce pôle constitue également un soutien aux pisteurs secouristes des stations, ainsi qu’aux gardiens de refuges, participant ainsi à l’attractivité de ce territoire.

Lutter contre les inégalités sociales et territoriales d’accès à la santé

« L’accès aux soins est au cœur du pacte social », avait ainsi annoncé le Premier Ministre Édouard Philippe en octobre 2017. C’est en effet une priorité du Gouvernement et ces Maisons de Santé permettent de lutter contre la désertification médicale en apportant un service public de proximité, tout en améliorant la qualité des soins et en renforçant le suivi des patients.

Ces Maisons de Santé sont essentielles en milieu rural, car elles ancrent sur nos territoires des services publics indispensables pour la vie de chacun. Ainsi, elles participent à l’attractivité du département, en offrant un cadre de vie serein pour les habitants, mais aussi des services publics de qualité pour tous ceux qui y passent leurs vacances. Les Maisons de Santé participent clairement à la vitalité économique et sociale de nos territoires.

Le récent Plan Santé 2022 du Gouvernement, présenté en septembre dernier, réaffirme la place du patient au cœur du système de santé et la volonté de lutter contre les inégalités sociales et territoriales d’accès aux soins.

Améliorer le parcours du patient par la télémédecine

La volonté de l’État est de mieux articuler la médecine de ville avec le secteur médico-social, avec les hôpitaux, pour améliorer le parcours de santé. Ainsi, cette Maison de Santé de Vallouise-Pelvoux est appelé à être en relation directe avec le centre hospitalier de Briançon via la télémédecine.

La télémédecine permet :

  • de collaborer plus efficacement avec des spécialistes basés en milieu hospitalier : ce sont des compétences supplémentaires pour les citoyens de ce territoire.
  • une réponse médicale plus rapide et moins coûteuse, en évitant bon nombres de transferts de patient en hélicoptère, comme c’est généralement le cas en hiver (80 % de la traumatologie de Puy-Saint-Vincent et Vallouise-Pelvoux est aujourd’hui transférée sur Briançon)
  • un meilleur suivi du patient, avec un partage des informations plus rapide et sécurisé.

Soutenues par les pouvoirs publics depuis une dizaine d’années, le département des Hautes-Alpes compte actuellement 7 Maisons de Santé, toutes soutenues financièrement par l’État et accompagnées dans leur fonctionnement par l’Agence Régionale de Santé.

Elles sont situées à Aiguilles, à Saint-Jean-Saint-Nicolas, à Saint-Bonnet, à Saint-Firmin, à Vars et à L’Argentière-la-Bessée-Vallouise. Deux projets sont en cours à Villar d’Arène et à Laragne-Montéglin et deux autres sont en discussions à Veynes et à Embrun.