Communiqués de presse 2021

Contenu

Le département placé en « surveillance renforcée »

 

Lancement d’une concertation sur les mesures sanitaires et d’une opération « flash » de vaccination

 

À la suite de l’annonce par le Premier Ministre du placement du département en « surveillance renforcée » ce jeudi, Martine CLAVEL, préfète des Hautes-Alpes a d’ores et déjà lancé une concertation auprès des élus et acteurs socio-économiques afin de déterminer les mesures sanitaires adaptées au territoire, à prendre dans les tous prochains jours, pour freiner la propagation virale.

Le dernier taux d’incidence connu est de 281 pour 100 000 habitants, contre 212 la semaine précédente. Le taux de positivité est lui de 8,6 %, contre 6 % précédemment. La tendance est identique concernant les personnes âgées de plus de 65 ans avec un taux de positivité qui a évolué en une semaine de 4,1 % à 6,8 %. En outre, la part du variant anglais de la Covid-19 représente 61 % des tests positifs.

« Cette dégradation des indicateurs nous rappelle l’importance d’être rigoureux dans l’application des mesures barrières et qu’au moindre symptôme, il est nécessaire de s’isoler et prévenir les éventuels cas contacts pour casser rapidement toute chaîne de contamination », rappelle la préfète des Hautes-Alpes.

Le Premier Ministre a également annoncé des vaccinations supplémentaires notamment pour les 23 départements sous surveillance renforcée. Ainsi, ce sont 1 170 doses de Pfizer BioNtech et 800 doses d’Astra Zaneca qui seront disponibles dans les Hautes-Alpes dès demain et jusqu’à mardi en continu permettant l’ouverture immédiate de nouveaux créneaux de réservation dans les quatre centres de vaccination de Gap, Briançon, Embrun et Laragne-Montéglin.

Au 28 février, 10 808 doses de vaccins Pfizer-BioNtech ont pu être administrées dans le département des Hautes-Alpes, dont 6 639 premières injections et 4 169 secondes injections.

1 800 doses du vaccin Astra Zeneca avaient été livrées le 12 février et mises à disposition des personnels des établissements de santé et médico-sociaux. Un nouvel approvisionnement à destination des médecins de ville via les officines a débuté le 25 février. Les médecins de ville peuvent depuis lors vacciner leurs patients de 50 ans à 74 ans porteurs de comorbidité et, désormais, toute personne âgée de 75 ans et plus.

Les prises de rendez-vous se font sur Santé.fr et via l’application ou le site Internet de la plateformeDoctolib. Pour les personnes ne pouvant utiliser ces outils, le Gouvernement a mis en place un numéro vert national : le 0800 009 110.


Téléchargez le communiqué de presse (format pdf - 513.9 ko - 04/03/2021) .