Actualités

Contenu

Mesures sanitaires : Martine CLAVEL à l’école de Saint-Bonnet en Champsaur

 

Mardi 12 mai 2020, Martine CLAVEL, préfète des Hautes-Alpes, s’est déplacée à Saint-Bonnet en Champsaur pour visiter son école élémentaire, en présence de Philippe MAHEU, inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’Education nationale, de Patricia MORHET-RICHAUD, sénatrice, de Claire BOUCHET représentant Joël GIRAUD, député, ainsi que Laurent DAUMARQ, maire.

Cette visite était l’occasion pour Martine CLAVEL de constater la bonne mise en place de l’ensemble des mesures sanitaires, des protocoles d’accueil et de distanciation physique entre les élèves, à chaque moment de la journée scolaire.

Les parents comme les enfants ont pu être rassurés par le protocole d’accueil établi par l’école en lien avec la commune de Saint-Bonnet, les services de l’Éducation nationale, sur la base d’une doctrine élaborée par les autorités sanitaires nationales : hygiène des locaux, gestion des flux, port du masque, organisation des salles de classes pour respecter les distances entre les élèves, groupes ne dépassant par 15 élèves, etc. Tout est étudié pour une reprise scolaire dans les meilleures conditions sanitaires.

Le Gouvernement a souhaité que tous les enfants puissent progressivement retrouver physiquement leur école. Cette reprise répond à plusieurs enjeux, parmi lesquels la lutte contre le risque de décrochage scolaire ou le renforcement des inégalités sociales et scolaires.

Dans ce contexte, Martine CLAVEL rappelle que « le gouvernement a souhaité laisser une souplesse locale dans la mise en œuvre de cette reprise en fonction des situations (locaux, personnels disponibles, nombre d’enfants à accueillir…). Ainsi, certaines rentrées ont pu être décalées, aménagées, voire annulées. C’est le dialogue constant avec les élus qui a primé dans le travail d’organisation de la reprise.  »

Cette visite a également été l’occasion pour Martine CLAVEL de remercier « l’action de M. l’inspecteur d’académie et ses services, leur investissement, en lien avec les collectivités et EPCI concernés, et leur forte mobilisation pour soutenir les personnels soignants en permettant l’accueil de leurs enfants pendant et hors période scolaire. Cela a demandé une souplesse importante et une réactivité constante au regard de l’évolution de la situation sanitaire.  »