Communiqués de presse 2018

Contenu

Passage à 80 km/h : plus du double de conducteurs en infraction

 

Dans les Hautes-Alpes, depuis le 1er juillet 2018, 12 radars sur 16 ont été concernés par l’abaissement de la vitesse limite autorisée à 80 km/h sur les routes bidirectionnelles sans séparateur central.

10 043 messages d’infractions (MIF) ont été enregistrés sur ces appareils durant ce mois.
À titre de comparaison, 3 897 flashs avaient été comptabilisés dans le département en juillet 2017.

Sur le plan national, 495 206 MIF, soit 251 893 de plus qu’en juillet de l’année dernière, ont été enregistrés. Le nombre d’infractions a ainsi été multiplié par 2 pour les conducteurs français et par 2,4 pour les automobilistes étrangers.

Ce bilan, très partiel sur un seul mois, marqué par une forte affluence touristique en provenance d’autres départements mais aussi de l’étranger, montre néanmoins que la mesure n’a pas encore été intégrée par un certain nombre d’automobilistes.

La préfète des Hautes-Alpes, Cécile BIGOT-DEKEYZER, rappelle que dans 24 % des accidents dans les Hautes-Alpes, la vitesse est un facteur aggravant. « En plus des contrôles quotidiens sur les routes, nous avons mené dernièrement et nous mèneront de nouveau des opérations de grande ampleur, avec les forces de sécurité, pour sensibiliser les automobilistes. »

L’objectif de la mesure d’abaissement de la vitesse est d’épargner 350 à 400 vies par an sur les routes de France. Celles des Hautes-Alpes connaissent déjà un lourd bilan de 14 décès depuis le début de l’année.

Comme l’a annoncé le Premier ministre, le surplus des recettes radars lié à l’abaissement de la vitesse limite à 80 km/h sera entièrement reversé à un fond destiné aux hôpitaux spécialisés dans le traitement des grands accidentés de la route.

La lutte contre l’insécurité routière ne peut être gagnée qu’avec la mobilisation de chacun.