Contenu

Paysage

 

Il y a encore quelques années, l’évocation du paysage faisait référence à des perceptions individuelles, à la nature, à la contemplation esthétique. Désormais, le discours traite de représentations collectives, de société et de maîtrise du territoire.

La convention européenne du Paysage définit le paysage comme « une partie de territoire telle que perçue par les populations dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations ».

A la fois lié à l’évolution des sociétés et des milieux, et protégé par des mesures réglementaires, le paysage est un bien commun qui change, évolue avec ses différences locales et d’usages. Il est nécessaire de s’intéresser aux paysages, car ils sont le cadre de vie des populations, l’expression d’une identité locale et d’un patrimoine collectif.

Dans ce contexte, la majorité des acteurs concernés (l’État, les collectivités, le tissu social, économique et associatif) s’accordent aujourd’hui à considérer le paysage comme l’une des problématiques majeures en matière d’aménagement du territoire.

L’évolution de nos territoires se confronte ainsi à des enjeux paysagers très importants de plusieurs types, notamment sur un plan urbain avec la maîtrise de l’étalement urbain, des formes urbaines et architecturales. S’agissant des milieux naturels, l’objectif est de préserver et valoriser les perspectives ouvertes. Par ailleurs, il est essentiel de préserver la place des espaces agricoles, car au-delà de leur fonction première à des fins alimentaires, les terres agricoles remplissent aussi des fonctions sociales qui participent à la qualité et à l’identité rurale de notre territoire.

Le département des Hautes-Alpes est doté d’une richesse de territoires naturels diversifiés et de qualité : lacs, forêts, alpages, vallées préservées, hauts sommets et glaciers, gorges sauvages… Ce département dispose également d’un riche patrimoine bâti que l’on découvre au fil de ses villes, de ses villages typiques (notamment les villages perchés) et de ses chalets d’alpage aux traditions agropastorales. Les paysages de montagne ont été façonnés par les pratiques agricoles dont ils constituent un témoignage vivant. Ses nombreux sentiers de randonnée, ses domaines skiables réputés, ses sites d’escalade et ses multiples rivières (Durance, Drac) et torrents, en font une destination nature privilégiée propice à la pratique d’innombrables activités de plein air, été comme hiver.

Les Hautes-Alpes ont su ainsi développer, grâce à ce patrimoine et ces paysages naturels, agricoles et bâtis, une économie touristique attrayante.

La prise en compte du paysage doit s’intégrer dans un projet global en cohérence avec les politiques sectorielles d’énergie, de transport, d’agriculture et d’urbanisme. Les lois « Montagne » et « Littoral » contribuent à un équilibre entre le développement et la protection de nos territoires. Les documents de planification à diverses échelles (schémas de cohérence territoriale, plans locaux d’urbanisme et carte communal) doivent intégrer les enjeux de préservation et de mise en valeur de ce patrimoine remarquable.

Préserver durablement la diversité et la qualité du paysage haut-alpin est un des enjeux majeurs du département des Hautes-Alpes dont la vocation est essentiellement touristique. Les nombreux paysages ruraux de notre territoire ont forgé sa renommée et son identité, grâce à la qualité de ses paysages qui offrent un cadre de vie agréable et attractif.