Contenu

Présentation

La Direction Départementale des Territoires des Hautes-Alpes regroupe 125 agents. Elle est chargée de mettre en œuvre les politiques d’aménagement et de développement durables des territoires :

  • la promotion du développement durable et l’équilibre des territoires, grâce aux politiques agricoles, d’urbanisme, de transports, d’habitat. La gestion optimale des espaces (agricoles, naturels, urbains) est le cœur de son activité ;
  • la promotion des fonctions économiques, sociales et environnementales de l’agriculture et de la forêt. Les conditions naturelles dans les Hautes-Alpes sont difficiles pour la production agricole avec un potentiel agronomique limité en général (pentes, sols, durée de végétation limitée par le climat montagnard froid et sec, …) ;
  • la prévention des risques naturels et des incendies de forêts. Toutes les communes des Hautes-Alpes sont concernées par au moins trois risques naturels, mais la majorité d’entre elles sont concernées par 5 voire 6 risques (inondations, avalanches, chutes de blocs, glissements de terrains…) ;
  • la protection et la gestion durable des eaux, des espaces naturels, forestiers, ruraux et de leurs ressources, ainsi que l’amélioration de la qualité de l’environnement, y compris par les mesures de police qui en découlent ;
  • la protection et la gestion de la faune et de la flore sauvages, ainsi que de la chasse et de la pêche.

Elle concourt également :

  • aux politiques mises en œuvre en faveur de la préservation des milieux et de l’environnement ;
  • à la connaissance des territoires, ainsi qu’à l’établissement des stratégies et des politiques territoriales ;
  • à la prévention des pollutions et des nuisances (bruit par exemple) ;
  • à la mise en œuvre des mesures relatives aux déplacements et aux transports ;
  • à la mise en œuvre des règles relatives à la sécurité des bâtiments et des installations, ainsi qu’à leur accessibilité pour les personnes à mobilité réduite ;
  • à la prévention des crises et à la planification de sécurité nationale ;
  • à la gestion et au contrôle des aides publiques à l’agriculture et à la forêt ;
  • au développement de filières alimentaires de qualité ;
  • à la politique d’éducation et de sécurité routière.