Actualités Préfecture

Contenu

Que vont devenir les contrats aidés ?

 

Interview de Philippe COURT, Préfet des Hautes-Alpes, sur le devenir des contrats aidés en 2018, les secteurs identifiés comme prioritaires ainsi que l’accompagnement proposé aux personnes ne pouvant plus accéder à un emploi aidé.

 

Est-il vrai que les contrats aidés n’existeront plus en 2018 ?

Les contrats aidés vont continuer en 2018. 200 000 sont inscrits en projet de loi de finances pour 2018. En revanche, ils seront réorientés vers les publics qui en ont le plus besoin (demandeurs d’emploi de très longue durée, personnes en situation de handicap, bénéficiaires du RSA…) ou vers les secteurs professionnels prioritaires.
L’accès au marché de l’emploi reste l’objectif prioritaire des contrats aidés. C’est pourquoi les conventions concluent en 2018 avec le secteur non-marchand seront assorties d’un engagement de l’employeur à assurer la formation des personnes et cet engagement sera effectivement vérifié par les services de Pôle emploi. Ces contrats doivent devenir un véritable outil d’insertion dans l’emploi.

Et pour 2017, quels sont les secteurs prioritaires d’ici la fin de l’année ?

Le Gouvernement a souhaité que les contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE) soient renouvelés prioritairement dans l’éducation nationale et agricole pour l’accompagnement des enfants ou adolescents en situation de handicap, dans les structures œuvrant dans l’urgence sanitaire et sociale. De même, le renouvellement des emplois aidés recrutés par les communes rurales fera partie des priorités dans le département des Hautes-Alpes.
En outre, en 2017, la convention d’objectif et de moyen (CAOM) qui lie l’État et le Département des Hautes-Alpes, et qui concerne les allocataires du RSA, sera intégralement respectée.
Enfin, les personnes les plus éloignées de l’emploi (seniors, travailleurs handicapés notamment) demeurent le public cible qui bénéficie principalement du renouvellement de ces CAE.

Qu’est-ce qui va être proposé aux personnes ne pouvant plus accéder à un emploi aidé ?

Pôle emploi contactera individuellement chaque bénéficiaire de contrats aidés dont la convention prend fin d’ici la fin de l’année. Un accompagnement renforcé et individualisé sera mis en place : pour certains, Pôle Emploi examinera les possibilités d’accès à une formation ou à une certification des compétences acquises avant ou pendant le contrat. Pour d’autres, des périodes d’immersion en entreprises pourront être organisées en vue d’accéder à un emploi.
Tous bénéficieront d’un diagnostic de leurs compétences ou d’un bilan de compétences pour ensuite envisager des reclassements pertinents.

En matière de politique de l’emploi, quels vont être les futurs grands chantiers dans le département ?

La formation professionnelle sera l’un d’entre eux. C’est probablement un des outils les plus structurels pour améliorer l’accès au marché de l’emploi, et notamment pour ceux qui en sont le plus éloignés.
Le Gouvernement a d’ailleurs prévu près de 15 milliards d’euros, dans le Grand Plan d’Investissement, qui va couvrir toute la période 2018-2022, pour élever en qualification et en compétence tous ceux qui veulent accéder au marché du travail. Il est notamment prévu qu’un million de demandeurs d’emploi et un million de jeunes peu qualifiés soient formés au cours de cette période.
Dans le département des Hautes-Alpes, nous ne partons pas de rien. En 2016, le nombre des entrées en formation a augmenté de 43% par rapport à l’année précédente et a bénéficié à 2.300 personnes.
Pour les années à venir, nous allons poursuivre dans cette direction. Par exemple, en sécurisant le parcours professionnel des saisonniers ; ce qui est un enjeu important pour notre département. En lien avec les organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA), un saisonnier qui souhaite développer des compétences nouvelles, notamment pour exercer plusieurs activités saisonnières, ou se professionnaliser dans son métier actuel, sera accompagné pour consolider son projet professionnel, construire son parcours de formation ou bien encore repérer les dispositifs de financements mobilisables.