Actualités des services de l’État

Contenu

Sécheresse – Alerte pour les bassins Buëch-Méouge, Eygues-Oule et Drac Gapençais / Vigilance pour le reste du (...)

 

Le comité départemental sur la sécheresse a été réuni sous la présidence d’Agnès CHAVANON, secrétaire générale de la préfecture, ce vendredi 9 août 2019. Au cours de cette réunion, un point exhaustif sur l’évolution de la ressource en eau a été réalisé en présence des différents partenaires concernés.

Une baisse régulière des débits est observée depuis début juillet sur les cours d’eau du département ; la préfète a classé les Hautes-Alpes en vigilance dès mi-juillet.

La situation hydrologique a continué de se dégrader, plus particulièrement sur le Buëch et ses affluents. Depuis le 16 juillet, le Buëch à Serres est en dessous du débit d’alerte défini dans le plan cadre sécheresse. Les pluies du week-end de fin juillet ont permis de remonter ponctuellement le débit mais, dès le 29 juillet, le débit repassait en dessous du seuil d’alerte.
Par ailleurs, le bassin versant de l’Eygues-Oule est classé en alerte dans la Drôme depuis le 26 juillet. Au niveau du Drac, le débit baisse régulièrement et la nappe des Ricoux est au niveau le plus bas observé depuis 10 ans. Depuis le 1er août, le débit du Drac est au-dessous du seuil d’alerte.

Les prévisions météorologiques des prochains jours n’annoncent pas de précipitations conséquentes et cette situation risque d’aggraver la situation de sécheresse du mois juillet sur les différents cours d’eau du département, en particulier sur les bassins versants du Buëch-Méouge, de l’Eygues-Oule et du Drac-Gapençais.

Le contexte météorologique, le niveau des écoulements des cours d’eau ainsi que les perspectives des prochains jours justifient aujourd’hui de placer les bassins du Buëch-Méouge, de l’Eygues-Oule et du Drac-Gapençais en alerte.
 
Ce classement implique la mise en application des mesures de restriction de l’usage de l’eau prévues par le nouvel arrêté-cadre régional du 29 mai 2019 (voir ci-après).
 
L’ensemble des autres bassins du département est maintenu en vigilance.
 
La préservation de la ressource en eau et des milieux aquatiques est l’affaire de tous.

Mesures relatives aux usages agricoles
  • Relevé des compteurs ou systèmes de comptage des prélèvements d’eau à une fréquence bimensuelle
  • Réduction des prélèvements d’eau de 20 %
  • Interdiction d’irrigation de 09h00 à 19h00. Une tolérance sur l’horaire de début d’interdiction sera observée pour l’irrigation par enrouleur, jusqu’à 11h00 du matin.

Cependant, les mesures de restrictions (réduction des prélèvements et interdiction horaire) ne s’appliquent pas aux cultures arrosées par micro-aspersion ou par goutte à goutte, aux cultures en godet, aux semis sous couvert, aux jeunes plants et micro-plants (reprise) en micro-mottes et aux pépinières, ni aux cultures spécialisées et aux productions de semences.

Les mesures de restrictions ne s’appliquent pas pour l’abreuvage des animaux et les opérations liées à la salubrité.

Par ailleurs, les ASA du Buëch aval alimentées à partir des installations hydro-électriques concédées de Lazer-Sisteron, l’ASA de Maraize et les périmètres alimentés à partir du canal de Gap font l’objet de dispositions spécifiques mentionnées à l’article 3 de l’arrêté du 17 juillet 2019.

Mesures relatives aux usages industriels, artisanaux et commerciaux
  • Réduction des prélèvements d’eau de 20 % de la consommation hebdomadaire moyenne de l’année en cours hors période de sécheresse.
  • Ou application de l’arrêté préfectoral relatif aux économies d’eau à réaliser en cas de sécheresse si l’usager bénéficie d’un tel arrêté.

Les opérations exceptionnelles génératrices d’eaux polluées ou consommatrices d’eau sont reportées (exercices incendies, opérations de nettoyage à grande eau) sauf impératif lié à la salubrité ou à la sécurité publique.

Les usages prioritaires de l’eau ne sont pas concernés par les mesures. Il s’agit des usages liés à la santé (dispositifs d’abattage des poussières en carrières, abreuvage des animaux, etc.), à la salubrité (opérations de nettoyage ne pouvant être reportées par exemple), à la sécurité civile (eaux d’extinction des incendies, etc.) et à l’alimentation en eau potable des sites. Le personnel est informé et sensibilisé chaque fois qu’un nouveau seuil de sécheresse est franchi et la situation de sécheresse est rappelée par voie d’affichage sur le site.

Mesures relatives aux autres usages dans les zones d’alerte

Les usages prioritaires de l’eau ne sont pas concernés par ces mesures. Il s’agit des usages liés à la santé, à la salubrité, à la sécurité civile, à l’approvisionnement en eau potable et à la préservation des écosystèmes aquatiques.

Par contre, elles s’appliquent à tous les usagers ne relevant pas des usages précédents, les forages particuliers et les usages de confort associés à une activité économique (exemple : piscine d’un hôtel).

  • Arrosage : interdiction d’arrosage de 9h00 à 19h00 pour les espaces verts et les pelouses, les jardins potagers et les jardins d’agrément, les terrains de sport, et réduction des prélèvements de 20 % pour les espaces verts et les pelouses et les terrains de sport.
  • Lavage : interdiction totale de lavage pour les véhicules automobiles (à l’exception des stations professionnelles économes en eau et des véhicules ayant une obligation réglementaire ou technique ainsi que des organismes liés à la sécurité). Le lavage à grande eau des voiries, terrasses et façades est interdit. Le lavage sous pression est autorisé.
  • Piscines, spas et jeux d’eau : interdiction du remplissage des piscines et spas privés. Le remplissage des piscines et spas accueillant du public est soumis à l’autorisation du maire. Par exception, pour raisons sanitaires, la mise à niveau peut être autorisée. À l’exception de ceux à eau recyclée, les jeux d’eau sont interdits sauf raison liée à la santé publique.
  • Plans d’eau, bassins : interdiction du remplissage et de la mise à niveau des plans d’eau et bassins. Par exception pour le respect des obligations sanitaires, la mise à niveau est autorisée pour les baignades artificielles déclarées à l’Agence Régionale de Santé. La mise à niveau est seulement autorisée pour l’aquaculture et l’algoculture professionnelles.
  • Fontaines : fermeture des fontaines, sauf si elles fonctionnent en circuit fermé ou en alimentation gravitaire depuis une source sans préjudice pour les milieux aquatiques. Cette mesure peut être aménagée pour des raisons de santé publique.

Pour toute information complémentaire sur la situation de sécheresse, rendez-vous ici.



Consultez :