Contenu

Sapeurs-pompiers des Hautes-Alpes : bilan opérationnel 2016

 

Sapeurs-pompiers des Hautes-Alpes : Un bilan opérationnel 2016 maîtrisé malgré la progression des interventions pour les secours et assistances aux personnes

10 653  : tel est le nombre d’interventions réalisées en 2016 par les sapeurs-pompiers haut-alpins. Après une augmentation continue depuis 2009, l’activité du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) des Hautes-Alpes est restée stable l’année dernière par rapport aux années précédentes.

Malgré cette stabilité, les interventions pour le secours à personne continuent de progresser pour représenter plus de 75 % des opérations (+1.20 % en un an). L’augmentation de la population départementale et son vieillissement expliquent notamment ce phénomène récurrent. Les accidents de circulation (7% de l’activité), les incendies et explosions (7%), les opérations préventives1 (3%) et les opérations diverses restent par ailleurs contenues. La qualité de la régulation et de la coordination du CTA/CODIS où convergent les appels d’urgence, la rigueur de l’engagement des Centres de Secours et les mesures prises par le Conseil d’Administration du SDIS (facturation des pannes d’ascenseurs par exemple) participent également à la maîtrise de l’activité opérationnelle.

Avec un maillage territorial de proximité au plus près des haut-alpins, les 34 centres de secours du corps départemental des sapeurs-pompiers ont assuré près de 15 209 sorties de véhicules de secours en 2016 intervenant en moyenne en 13 minutes.

Ces moyens ont également été mobilisés en renfort des sapeurs-pompiers de l’arc méditerranéen lors des importants incendies de forêt de l’été 2016 (Bouches du Rhône et Var).

Cette couverture opérationnelle est le fruit d’un travail quotidien du SDIS et des 1286 hommes et femmes qui le composent dont plus de 92 % de sapeurs-pompiers volontaires. Ces volontaires, dont 1 sur 3 est une femme, sont les exemples même de ce que peut représenter l’engagement citoyen : ils ont donné en 2016 plus de 2.4 millions d’heures de disponibilité bénévoles. Ils sont à associer aux 62 sapeurs-pompiers professionnels de Gap (Centre de Secours Principal –CSP-, CTA/CODIS et État-major) et du CSP Briançon, mais également aux 34 personnels de soutien technique et administratif.

Ces résultats s’expliquent également par la synergie interministérielle développée par le Centre de Traitement des Alertes (CTA) qui a réceptionné l’année dernière près de 75 000 appels. Interconnectée avec l’ensemble des services concourants aux opérations de secours (police, gendarmerie, SAMU, PGHM, CRS, viabilité hivernale du Conseil Départemental), cette salle opérationnelle a géré en plus de l’activité de secours propre plus de 5 694 évènements interministériels.

Pour rappel, le SDIS est un établissement public administratif placé sous la double autorité du Président du Conseil d’Administration (CASDIS) pour l’emploi, et sous l’autorité des maires ou du Préfet agissant dans le cadre de leurs pouvoirs respectifs de police et dont le budget est financé par les contributions du Département, des intercommunalités et des communes.

2017 verra la consolidation des actions déjà entreprises par le Service Départemental d’Incendie et de Secours des Hautes-Alpes notamment au travers de la déclinaison de son schéma d’orientation et la mise en œuvre du schéma départemental d’analyse et de couverture des risques (SDACR), approuvé par le Conseil d’Administration du SDIS, que vient d’arrêter le Préfet des Hautes-Alpes.


Consultez le communiqué de presse (format pdf - 84.4 ko - 01/02/2017) .