Contenu

Ensemble, évitons les incendies cet été

 

La préfète des Hautes-Alpes, Cécile BIGOT-DEKEYZER, a rencontré l’ensemble des parties prenantes en matière de prévention et d’intervention contre les feux de forêts : les sapeurs-pompiers, les gendarmes, les agents de l’Office national des forêts et de la Direction départementale des territoires ce lundi 8 juillet 2019 à Veynes.

 

Les fortes chaleurs, le vent et la sécheresse, récurrents en période estivale, sont des facteurs à risques pour les feux de forêts. C’est pourquoi la vigilance de chacun est nécessaire. Ce lundi 8 juillet 2019 à Veynes, l’ensemble des services concourant à la prévention et à la lutte contre les incendies se sont réunis autour de Cécile BIGOT-DEKEYZER, la préfète des Hautes-Alpes.

Une surveillance accrue

Tous les jours, deux fois par jour, Météo France délivre des données météorologiques essentielles pour déterminer la sensibilité au feu du territoire, avec une échelle du risque incendie de 1 à 6. Actuellement, le risque est modéré (3 sur 6) sur le Buëch-Rosanais et léger (2 sur 6) sur le reste du département des Hautes-Alpes.

En fonction du risque d’incendie, des patrouilles sont menées sur le département par les sapeurs-pompiers et les gendarmes des Hautes-Alpes, avec l’appui de l’Office national des forêts et des agents forestiers de la Direction départementale des territoires.

Des règles simples pour éviter le pire



Entre le 15 mars et le 15 septembre, un arrêté préfectoral instaure une période orange pour l’emploi du feu.

La préfète peut également, en fonction du risque, prendre un arrêté instituant la période « rouge » interdisant tout emploi du feu.

En période orange :

  • Les feux sont interdits hors des 350 places à feu aménagées sur le département, notamment pour effectuer des barbecues ;
  • Les écobuages sont tolérés pour les agriculteurs, mais ils doivent s’effectuer le matin si les conditions météorologiques le permettent. Il est préférable d’en informer les sapeurs-pompiers et le maire de la commune ;
  • Le brûlage des végétaux (déchets verts) par les particuliers est interdit .

La préfète a également rappelé l’importance du respect des obligations légales de débroussaillement pour limiter la propagation des incendies, mais aussi assurer la sécurité des biens et des personnes, ainsi que des voies de communication (en savoir plus).

Des moyens de lutte importants

Le Service départemental d’incendie et de secours des Hautes-Alpes est composé d’une force opérationnelle de plus de 1 200 pompiers, dont 95 % de volontaires, pouvant compter sur une flotte de 65 véhicules.

Plus de 3 500 km de voies de défense des forêts contre l’incendie (DFCI) sont aménagées dans le département, avec l’aide financière de l’État, ainsi que 136 points d’eau dans l’ensemble des massifs forestiers.

En cas de forts incendies, la solidarité nationale s’active et les sapeurs-pompiers des départements voisins peuvent être déployés dans le département et inversement. Des moyens aériens peuvent aussi venir soutenir les soldats du feu haut-alpins, avec le renfort de DASH, Canadairs, ou encore de Trackers.