Contenu

L’État et les professionnels s’engagent à démocratiser les gilets airbag

 

Ce jeudi 11 juillet 2019, en présence de Pascal DUNIKOWSKI, chargé de mission deux-roues motorisés auprès du délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe, un plan de promotion du gilet airbag a été présenté aux auto-écoles et concessionnaires des Hautes-Alpes.

 

« L’air c’est la vie », tel est le slogan de la campagne lancée par la Délégation interministérielle à la Sécurité Routière. C’est l’application de la mesure n°15 du Comité Interministériel de la Sécurité Routière (CISR) du 9 janvier 2018 dont l’objectif est de « protéger et responsabiliser les usagers de deux-roues motorisés ».

Dans ce cadre, l’unité éducation routière des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence a souhaité présenté le dispositif de gilet airbag aux auto-écoles et aux concessionnaires ce jeudi 11 juillet 2019 au site d’examen du permis de conduire moto à Gap, en présence de Pascal DUNIKOWSKI, chargé de mission deux-roues motorisés auprès du délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe. Un équipement qui existe depuis une quinzaine d’années, qui équipe tous les motocyclistes de la gendarmerie, de la police et des douanes, mais peine à se démocratiser auprès des particuliers.

« En 2018, 45 accidents en moto ont été comptabilisés sur le département. Au minimum, les motards sont des blessés hospitalisés. On dénombre 6 tués l’an passé », souligne Emmanuel EFFANTIN, directeur des services du cabinet de la préfète des Hautes-Alpes, qui rappelle également que le département est particulièrement prisé en période estivale par les usagers de deux roues motorisées et que cette période est particulièrement sensible en matière d’accidentologie chez les motards.


Ce système protège les zones vitales du corps (colonne vertébrale, cage thoracique et abdomen) qui ne sont pas ou peu protégées avec un simple blouson. Au moment du gonflage, en cas de chute ou de collision, il enveloppe le dos, la nuque et l’abdomen, des cervicales aux lombaires. En amortissant les chocs beaucoup plus efficacement et largement qu’une protection dorsale ou ventrale, l’airbag diminue les risques de traumatismes liés à l’impact, ainsi que les lésions et les blessures internes.

Avec le casque, l’airbag est le seul équipement susceptible de pouvoir sauver la vie.

De la prévention dès l’apprentissage

Pour convaincre de plus en plus d’usagers de s’équiper en gilets airbag, la déléguée à l’éducation routière 05/04 au sein des Directions départementales des territoires (DDT) des deux départements, Marie-Pierre NOVELLA, a équipé l’ensemble des inspecteurs du permis de conduire et de la sécurité routière d’un gilet airbag afin qu’ils organisent régulièrement des démonstrations de l’utilisation de cet équipement à l’issue des épreuves du permis de conduire.

Ce jeudi 11 juillet 2019, plusieurs concessionnaires se sont également engagés, en signant une convention avec l’État, pour proposer aux titulaires des permis de conduire A1 ou A2 des tarifs préférentiels sur ces gilets airbag. « L’objectif est d’en faire diminuer le prix. Aujourd’hui, il faut compter près de 400 euros. Nous voulons que d’ici 3 ans, il n’en coûte plus que 200 euros », soutien Pascal DUNIKOWSKI.


En savoir plus

> Les différents gilets airbag et leur fonctionnement
> La campagne « Offrez lui un airbag »
> La démonstration en condition réelle