Tétras-Lyre : concilier préservation de biodiversité et sports d’hiver

Mis à jour le 09/02/2024
[Illustration 1]
© Mâle Tétras-Lyre en parade

Oiseau emblématique de nos montagnes, le Tétras-Lyre appartient à l’ordre des Galliformes. Il vit généralement entre 1400 mètres et 2500 mètres d’altitude et est adapté aux conditions climatiques hivernales. Cependant cette période reste délicate puisque le Tétras-Lyre se contente de quelques aiguilles de conifères très peu énergétiques pour s’alimenter et doit donc économiser à tout prix son énergie pour survivre. Pour se protéger du froid et des prédateurs, il s'enfouit sous la neige, poudreuse de préférence, en creusant des igloos. Il peut y rester la journée voire plusieurs jours, et ne sort que pour se nourrir au lever du jour ou au crépuscule.


Une espèce sensible au dérangement hivernal

Si les destructions de leur habitat (aménagements de pistes de ski ou d’infrastructures, exploitations pastorales ou forestières mal conduites portant atteinte aux sous-bois...) comptent parmi les principales raisons de la baisse de la population (estimée entre 16 et 20 000 individus dans les alpes françaises - source OGM), les activités hivernales de pleine nature sont responsables d'une augmentation des dérangements et participent également à cette dynamique défavorable.

En montagne, les activités sportives et de loisir comme le ski, la raquette ou la motoneige peuvent déranger le Tétras-lyre. En le faisant fuir, le passage de skieurs hors-piste, de randonneurs à ski ou en raquettes, provoque un stress et une perte d’énergie due au vol qui fragilisent l’oiseau. Un animal trop dérangé verra ses chances de survie diminuer.

L’OFB mobilisé pour la protection du Tétras-Lyre

Pour tenter de préserver les populations de Tétras-Lyre, les agents de l’Office français de la biodiversité (OFB) collaborent étroitement avec d’autres partenaires (Parc national des Ecrins, Fédération départementale des chasseurs 05, Parc naturel du Queyras, Domaines skiables, etc…) pour mener des actions de connaissance, de protection et de pédagogie. Cela peut prendre plusieurs formes :  

 -        des suivis GPS réalisées dans le cadre d’études visant à mieux connaître les habitudes comportementales de l’espèce et les effets des activités humaines sur cette population,

-        des actions de sensibilisation à la préservation du Tétras-Lyre visant le grand public et les scolaires organisées dans les territoires et notamment dans les domaines skiables,

-        des actions de restauration de l’habitat (ouverture du milieu, etc…), de report de pâturage ou d’amélioration des pratiques d’exploitation forestière (évitement de la période de reproduction),

 -        la mise en place de zones de tranquillité pour délimiter des espaces refuges pour le Tétras lyre en hiver et ainsi limiter le dérangement.

Des zones de tranquillité à respecter

Ces zones de tranquillité sont balisées sur le terrain (cordes, fanions et panneaux d’information) et certaines sont réglementées : toute activité y est interdite du 15 novembre au 15 mai. Les inspecteurs de l’environnement de l’OFB veillent au respect de ces zones en effectuant des opérations de contrôle.

En évitant ces zones, les randonneurs en ski ou en raquette participent à la préservation de l’espèce.

 

Randonneurs, pour que le tétras continue d’être un emblème de nos montagnes, respectez les consignes et évitez ces zones de tranquillité !