Contenu

Influenza aviaire : niveau de risque « élevé » - mesures de protection des volailles et oiseaux en (...)

 

Le nombre de cas d’influenza aviaire hautement pathogène est en forte augmentation ces dernières semaines en France, aussi bien chez les volailles et oiseaux détenus en captivité (60 cas en élevage et 47 en basses-cours, en Bretagne / Pays de Loire, mais aussi dans l’Ain et en Ardèche, donc le couloir de migration du Rhône) que dans la faune sauvage (plus de 230 cas sur le littoral Manche / Atlantique, et l’Ain).

En conséquence, le ministre de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire a placé le 8/11 l’ensemble du territoire métropolitain en risque « élevé » vis-à-vis de l’influenza aviaire.

Afin de protéger les élevages de volailles, des mesures de protection renforcées doivent donc être mises en œuvre, qui s’appliquent à tous les détenteurs d’oiseaux :

  • dans les élevages à fins commerciales : « mise à l’abri » des volailles et autres oiseaux captifs : ces volailles et oiseaux doivent être maintenus en bâtiment fermé ; toutefois, dans certains types d’élevages « plein-air », des dérogations peuvent être accordées pour permettre la sortie des animaux sur des parcours réduits, notamment en cas de problèmes de bien-être animal ;
  • dans les lieux de détention d’oiseaux à des fins non commerciales (détention pour l’autoconsommation ou l’agrément, sans vente) : claustration des volailles / oiseaux en bâtiment, et/ou parcours réduit entièrement recouvert par un filet ;
  • alimentation et abreuvement des volailles et autres oiseaux seulement en bâtiment ;
  • surveillance quotidienne des volailles et oiseaux par leur détenteur, et déclaration au vétérinaire en cas de maladie ;
  • interdiction des rassemblements d’oiseaux (sauf dérogation) ;
  • conditions renforcées pour le transport et le lâcher de gibiers à plumes et l’utilisation d’appelants ;
  • interdiction des compétitions de pigeons voyageurs jusqu’au 31 mars.

Pour tous les acteurs de la filière, il s’agit de renforcer la vigilance et de veiller à l’application la plus stricte des mesures de biosécurité pour empêcher le virus d’entrer dans les élevages et éviter sa diffusion entre élevages.

Détails et informations : https://agriculture.gouv.fr/influenza-aviaire-les-mesures-de-biosecurite-pour-les-operateurs-professionnels-et-les-particuliers


Pour plus d’informations, vous pouvez également contacter la DDETSPP des Hautes-Alpes au 04 92 22 22 30.